Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2008

La Grand Maître virtuel (23)

Le Grand Maître virtuel_23.jpg(23): La réflexion avant surprise

« Connais-toi, mais réserve-toi des surprises », Jacques Deval

Cette soirée de réveillon devait être le feu d’artifice d’une amitié qui avait à peine deux mois d’âge. Tout s’accordait entre Vic et Grégory. Le génie et la motivation commune. La recherche de la perfection dans ce qu’ils entreprenaient et une certaine cupidité. Tout cela basé, sur ce qu’il faut bien avouer, sur la bêtise du reste du monde. Souvent, Vic avait une pensée bête et méchante: « Quand tu vois la connerie humaine, tu as une idée de ce que pourrait être l’infini ».

Personne n’avait, jusqu’ici, découvert le pot aux roses. Le destin allait pourtant en dessiner d’autres voies inattendues à des fins moins cadastrées dans l’habitude.

Grégory avait un côté caché de son être. Une volonté plus jeune d’aller toujours plus vite et de brûler les étapes de manières bien moins feutrées que Vic. Pour cela, il aurait pris des risques que l’autre n’entrevoyait même pas. Le génie et la folie intégrée. Un pilote d’avion à réaction mais sans siège éjectable.

Il n’avait pas uniquement découvert le génie de Vic en s’introduisant dans sa vie. A son avis, il le jugeait comme un spéculateur en herbe jaunie. Il aimerait aller plus loin, bien plus loin. Son interprétation de l’efficacité de Vic qui l’avait poussé à appuyer sur le champignon avait été applaudie par son maître. Les résultats du changement de politique avait porté des fruits bien plus exotiques et donc les plus chers. Le Martagal, l’outil d’appât et le cheval de Troie enrobé de virus avaient été presque du gâteau pour Grégory. La cerise sur le gâteau, il voulait se l’approprier sur la construction du « Système Greg ». Chapeauté l’ensemble était son désir intime et pas nécessairement l’entente cordiale au sein d’une équipe soudée. Des envies d’extension du projet ne parvenaient plus à calmer son esprit jeune qui voulait à tout jamais repousser les affres de la précarité et de la médiocrité dans le rayon des objets perdus.

S’il ne recevait aucun mail à la place de Vic, il en avait compris les secrets et le machiavélisme. L’impression du travail bien fait l’avait impressionné pour un temps mais cette tentation d’aller toujours plus loin ne parvenait plus à calmer son esprit vif et secrètement “rapace”.

Sa première pensée fut de tâter le terrain de l’esprit de Vic. Plusieurs coup de téléphone pour sonder les idées sur l’évolution, l’avaient laisser sur sa faim. Vic resterait le patron et Grégory devait l’admette ou sortir du jeu. L’obliger, il n’y pensait même pas. Contourner le problème dans une cogitation en boucle? Non, il devait bien se rendre à l’évidence: Vic n’accepterait jamais une montée en puissance trop rapide ni de prendre plus de risque dans l’urgence.

Pourtant, effacer sa pensée “progressiste”, il n’aurait pu l’imaginer bien longtemps. Abandonner sur sa lancée serait faire preuve d’un défaitisme que le prestige de Grégory ne pouvait supporter.

Les différents chemins de la pensée, mis côte à côte, il fallait se rendre à l’évidence: il fallait éliminer Vic. De quelle façon? Des solutions de secours commencèrent à vagabonder dans son esprit écorchée. Les risques, il en connaissait un bout. Mais par quel bout le prendre? Le bon ou le mauvais?

Le sésame du système était en poche. Le futur de la technique assuré par l’expérience. Une simple étape intermédiaire pour passer à l’étape finale en feu d’artifice était seulement nécessaire de son point de vue.

Deux coqs sur un même fumier ne peuvent subsister bien longtemps quand les objectifs ne sont pas compris de la même façon. Il fallait donc un « nettoyage » idéologique.

De la sensiblerie, il n’en avait pas un stock inépuisable. Une peur de l’inconnu, du raté magistral venait bien sûr en sur-couche sans parvenir à le calmer. Elle ajoutait à son excitation. Le risque grise les esprits les mieux construits intellectuellement.

Un plan d’extermination prémédité, il y pensa. La phase « exécution » le mieux et le plus vite possible serait pour après. La dilemme ne s’arrêtait plus au « To do or not to do » mais du ”when” and “how”.

Grégory, contrairement à Vic, lisait beaucoup en dehors des notes explicatives et des articles du net. Il en avait évidemment plus de temps.

Le dernier thriller qu’il venait de terminer parlait d’un “serial killer”. Il assassinait ses victimes à coup de pic à glace. C’était sa marque de fabrique pour identifier ses crimes de manière plus fine que par la méthode. Pas question de passer par cette technique. Il n’en voulait pas d’un dénouement qui se solda par des années de prison comme dans tous les bons bouquins du genre. Pas de traces derrière lui. Surtout pas de vagues.

Trop de sang dans son bouquin. La série de meurtre, cette fois, se limiterait à l’unité, incognito. Parano ou criminel de métier, il ne voulait pas être considéré comme tel. Psychopathe, encore moins. Éliminer un gêneur et puis s’en vont. Un inventaire des possibilités vint tout naturellement.

Une arme, un objet contondant ne lui plaisait pas. Son coup devait rester « plus classe », « plus propre ».

L’empoisonnement présentait des avantages, mais comment obtenir les produits efficaces et suffisamment rapidement nécessaires? Un avantage de la formule, une possibilité de passer le crime sous la forme d’un suicide. Les contacts qu’il avait chez RobCy prouvaient que Vic était apprécié par son comportement bien stable et bien organiser. Une volonté de suicide se ressent dans l’entourage par certains indices. Donc, extrémité à ne pas rejeter d’office mais à mettre en balance avec d’autres.

L’assommer et l’étouffer ensuite dans son sommeil forcé? Cette formule avait l’avantage d’être plus ou moins rapide mais laisserait des traces physiques. Pas question de passer pour de l’auto réalisation.

Vic dans son immeuble avait toujours recherché l’anonymat et écarté les relations trop poussées. Le manque d’assurance de Vic lors de sa première visite chez lui, prouvait ce manque de relations avec l’extérieur. Son appartement restait une place forte avec accès exclusif à lui même. Les voisins ne le connaissaient pas, c’était clair. Les cancans ou les « on dit » ne fusaient pas sur son dos manque de matière de réflexion. Les odeurs de corps, qu’il fallait prendre en considération, ne transpirent qu’après plusieurs jours. Combien? Il n’en avait aucune expérience.

Cette bulle de morbidité explosa tout à coup dans son esprit et il arrêta son “analyse”. Le hasard devrait choisir à sa place. Oublier la préméditation.

Il s’en réserverait simplement le pardon pour un autre monde dans lequel l’argent et le pouvoir n’avaient plus court.

12:30 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Je suis 100% d'accord. Pardon pour les fautes éventuelles, n'étant pas francophone, j'ai utilisé Google Translate.

Écrit par : Detranspirant | 05/04/2010

Les commentaires sont fermés.