Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2008

Le Grand Maître virtuel (19)

Le Grand Maître virtuel_19.jpg(19): Logique jeune

« Logique : un bon outil qu’on nous vend presque toujours sans la manière de s’en servir. », Pierre Véron

Qu’est ce qu’il était venu faire dans cette galère? Qu’allait-il lui exposer comme solution pour l’élargir?, pensait Vic en cascade, lui qui s’était retranché derrière un anonymat digne du « Principe de Précaution » de l’extrême. Il ne tremblait pas mais n’en menait pas large pour le moins. Seule la rougeur des joues de Vic laissait transparaître son émotion, mais cela avait suffi pour Grégrory.

Petit à petit, pourtant, le stress du moment de la surprise s’estompa.

Grégory sentait bien qu’il avait marqué des points mais il n’avait nulle intention de s’en gratifier les bénéfices dès le départ.

Pour rassurer, toujours calme, il poursuivit de plus belle sa démonstration et son raisonnement sans laisser la moindre impression de victoire.

- « J’ai pensé qu’il serait très intéressant d’utiliser nos entrées illicites dans un domaine bien plus rentable. Financièrement s’entend. »

Vic resta sans voix. Abasourdi et impatient à la fois d’apprendre l’insoutenable vérité et son dénouement. Pris au piège, il n’aimait pas de ne pas mener le bal à sa manière. De nouvelles règles imposées changeaient la donne. La curiosité fut pourtant plus forte. Quand on se sent dans les filets d’un concurrent, autant connaître la largeur des mailles et regarder une dernière fois avant l’emprisonnement.

Il ne fut pas déçu. Grégory avait bien calculé son coup. La démonstration allait tenir la route. L’extension allait être réelle.

- « Cher Vic, tu m’arrêteras si tu estimes que je fais fausse route ou si je m’étais complètement fourvoyé dans tes intentions », lança Grégory en préambule.

Il continua tout de go.

- « Quand tu as fait appel à mes services, j’ai très vite compris que j’avais à faire à très forte partie avec toi. Même si ta position à la RobCy avait bien suffi à la plupart des employés modèles de la boîte, je pressentais que ce n’était pas le violon d’Ingres que tu grattais en silence. Je n’avais aucune preuve évidemment. Il faut le mettre à l’article de la pure intuition. Élevé par ma mère, j’ai eu un enseignement de tout premier ordre du côté « intuition ». Sans avoir subit des cours de psychologie, elle avait ce don d’ubiquité qui frisait le paranormal. Avec mon père, il valait mieux savoir où mettre les pieds dans le concret.

Grégory, fier d’avoir impressionné, marqua une pause. Pause que Vic occupa en remplissant les verres. Intrigué à l’extrême par les révélations de son protégé, il était prêt si nécessaire à passer la nuit pour éclaircir ce trouble. Après s’être humidifié le gosier par une rasade de whisky, Gregory remit l’aiguille de son pick-up secret dans le microsillon de ses informations là où il l’avait laissé.

- « J’ai tout de suite senti que nous étions fait du même bois, avec un simple décalage en années pour nous différencier. J’ai toujours eu beaucoup de projets en tête. Je les étudie et les archive pour un futur encore plus « stabilisé » du côté ”potentiel” et surtout plus assuré. Parfois, en fonction de nouvelles donnes, je les ressors et les réactualise. Quand j’ai découvert que quelque chose clochait dans ton emploi du temps en contradiction avec ton goût pour l’argent. Je l’avais décelé mais je n’aurais jamais cassé le filtre qui existait entre nous sans avoir eu la preuve de ma suspicion. »

- « Tu me fais languir, Gregory », interrompit Vic. « Qu’est-ce qui te fait dire que je suis un dissimulateur. Quelle faille as-tu découvert? »

- « Dissimulateur, je ne dis pas. Fin limier de la faiblesse humaine, tu l’es très certainement. Le développement du programme que tu te disposais à diffuser parmi tous ceux qui en exprimait le désir m’a donné la puce à l’oreille. Le rôle d’altruiste ne t’allait pas du tout. Je me suis mis à suivre ton projet avec le plus d’intérêt, mais avec une envie, un pari personnel de découvrir ton secret. Rien ne présageait de la présence d’une astuce. Le logiciel de Bourse était génial. Je l’ai seulement un peu mieux “décoré”. Quand la publication de l’article avec le CD attaché, comprenant ta “merveille”, est parue, je l’ai acheté et je l’ai essayé aussitôt. Pas de lézard, en apparence. En apparence, seulement. Tu vois de quoi je veux parler, j’en suis sûr. Je ne connaissais pas le fin mot. Je soupçonnais seulement que le catalyseur de tes projets venait d’ailleurs. Il devait y avoir un piège là dessous. Je t’ai demandé d’avoir un rendez-vous et me voici avec mon bagage et mes certitudes. Le CD et le programme “Martagal”, je l’admets, contiennent vraiment le virus le plus sournois destiné à manger le processeur de son hôte et, probablement, de bien autre chose dont tu vas me révéler l’efficacité. Réduire le PC à une machine à laver, fallait le faire. Aussi, je suis très intéressé d’y ajouter ma touche personnelle.»

“y”, grommela Vic, entre ses dents, le souffle coupé. Tu es une clé sur porte de la finesse et de l’ambition structurée, Grégor“Tu te caches bien, mon lapin”, pensa-t-il avec un sourire mi figue mi raisin. Heureusement, je parviens à lire aussi les instincts même quand la boule de cristal est pleine de brouillard, conclut-il en silence.

Il était découvert. Il fallait que cela arrive. Résister aurait été ridicule.

Alors, il ne put s’empêcher d’applaudir à la suite de cet exposé. Il n’ignorait pas qu’en exprimant ses félicitations, il se dévoilait complètement devant son élève tellement doué. Pieds et poings liés, Grégory aurait pu le renvoyer devant ses juges et derrière les barreaux. Ceux-ci n’auraient rien de virtuels, eux. Mais, il ne l’avait pas fait. Son but était ailleurs. C’était déjà un point positif pour l’avenir.

- « Bravo, quelle perspicacité ! Tu ne connais pas tout, mais je peux envoyer des fleurs à ta chère mère. Elle a fait de toi un atout majeur dans le domaine des ‘briseurs de cerveaux’. Je sens que la suite va être très intéressante. Si on marquait une pause avant de pousser dans les extensions ?

L’alcool a toujours des effets miraculeux de compensation au stress. Abuser était peut-être risqué. Mais, cette fois, quand il s’agissait de pacifier et de communiquer des secrets, rien ne lui rendrait plus d’équilibre qu’une rasade de la bouteille sur la table.

 

12:35 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.