Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2008

Le Grand Maître virtuel (20)

Le Grand Maître virtuel_21.jpg(20): L’extension

« Huit forces soutiennent la Création : Le mouvement et l’immobilité La solidification et la fluidité L’extension et la contraction L’unification et la division. », Morihei Ueshiba

La bouteille aida, en effet, dans le rôle de briseur de secrets mal contenus.

Quelques petits gâteaux sucrèrent aussi un peu plus une atmosphère tendue mais qui, progressivement, se relâchait entre Vic et Gregory dans une complicité nouvelle.

Chacun avait ressenti qu’il manquait des pièces du puzzle dans chaque camp du grand mécano.

L’oeuvre maîtresse se jouait à présent. Les raccords, il fallait en avoir le coeur net, n’étaient plus qu’une question de forme mais pas de fond. Vic mettrait une part de ses secrets sur la table par après. Nous avions la nuit pour cela.

Le monologue repris dans la voix fébrile et assurée de Grégory, trop heureux d’apporter sa propre pierre à l’édifice.

- Je ne sais si tu t’es vraiment intéressé à la Bourse au point ou je l’ai été. Très jeune, j’ai fait partie d’une agence de courtage. On brassait des milliards tous les jours. On achetait, on vendait sur appel téléphonique. Le courtage pris au passage était notre source de revenu. Je me souviens pour l’anecdote que j’avais été tellement étonné de voir autant de téléphones sur une table ronde que je me suis mis à douter de l’efficacité et penser aux risques de cette folle course à l’argent. Quand tous les téléphones sonnent en même temps, le client, qui suivait, devait trépigner d’impatience. Les investisseurs devaient agir vite. Trop vite. On agit sur impulsion, jamais sur un raisonnement de longue haleine. Les transactions n’attendent pas un hypothétique téléphone qui se réveille. La rentabilité est affaire de vitesse. Le malheur, c’est qu’il était naturel qu’à certains moments de la journée, beaucoup d’affaires se perdaient dans la bousculade des appels trop concentrés. Le petit porteur captait autant l’attention que celui qui se présente comme « Rockefeller ». Etudiant, j’avais mission d’informatiser les transactions. Je n’étais pas payé. Nous étions encore au début des télécommunications comme nous le connaissons aujourd’hui avec Internet. Tout à évolué depuis. Les opérations de Bourse transitent de manière virtuelle et les boursicoteurs investissent eux-mêmes sans interruption dans le cale de leur sofa. Pour changer cette manière de travailler, les ordres ont dû être sécurisés davantage. Une mise globale était demandée d’entrée de jeu sur compte en banque qui permettait d’engager des luttes de casino avec l’ordinateur. Les actions et les titres vont et viennent de main en main. Même dans la même journée. Mais les « mains » sont virtuelles, cette fois. On ne sait plus qui détient quoi. On ne cherche même plus à savoir ce qui se cache derrière les actions et qui en détient. Dans ce jeu qui tourne parfois au « massacre », plus ou moins contrôlé, il y a évidemment, à chaque opération, une dîme versée automatiquement au site internet qui prête son espace virtuel par le généreux donateur investisseur. Le courtage reste la pierre angulaire du système pour l’intermédiaire. Alors, question: quel pourcentage de ces dépôts en compte, crois-tu, voyage et sort de ces comptes pour effectuer les transactions de ces boursicoteurs en herbe? 

Vic, encore sous le charme de l’exposé, surpris par la question, n’en avait aucune idée. En soulevant les épaules, il répondit sans réfléchir:

- 50%, je suppose, mais je n’en aucune idée

- Et bien non, loin de là. J’ai découvert que seulement 15% de ces fonds changeaient de main en moyenne chaque année. Le reste dort gentiment à l’abri du regard. Argent de toutes les couleurs, blanc ou noir, et de toutes origines, douteuses ou créées à la force du poignet. On attend de faire l’affaire du siècle. On oublie de la faire car les petits porteurs sont souvent trop occupés ailleurs. Alors, on boucle sur l’attente patiente. Les courtiers le savent bien d’ailleurs. L’intérêt accordé pendant cette période de sommeil plus ou moins prolongée est très souvent inférieur à ce que le boursicoteur pourrait obtenir sur le marché officiel. Rien que cette différence permet à nos courtiers de se payer quelques émoluments bien placés, eux. Le boursicoteur lambda joue parfois gros, porté par l’adrénaline sous-jacente aux risques. Sans intuition véritable ni de compétence, il se « ballade » dans un étau de roulette russe. Alors, seulement, on rêve et on s’imagine devenir tout à coup riche. Le site courtier s’approprie l’argent des clients et touchent avant, après et pendant leurs transactions par la seule garde des comptes. Pas de lézard. C’est parfaitement exempt de toutes magouilles. Ce genre d’information m’a souvent donné des idées, mais je n’avais pas découvert les clés de l’utilisation intermédiaires de ces fonds à mon profit. Le sésame, c’est probablement toi qui vas me l’apporter. Tu es dans la place en parallèle par ton freeware. Il est presque certain qu’il va être utilisé par les boursicoteurs moins frileux sous le chapeau d’Internet. Ta martingale donne des atouts majeurs à celui qui sait s’en servir. Donc, si l’on parvient à donner des ordres de vente ou d’achat à un tarif préférentiel pour nous, en empruntant l’argent de la caisse, et qu’ensuite, on réintègre la caisse après le prélèvement du bénéfice, les véritables possesseurs de fonds n’y verront aucun changement sur leur compte… Tu vois où je veux en venir?

Grégory n’attendit pas la réponse de Vic et poursuivit avec la même envie d’étonner.

- J’ai gardé des listes avec leur degré de fréquentation de clients de l’époque. Leurs IP et tous leurs renseignements patiemment rassemblés. Il y aurait bien 30% de ceux-ci toujours actifs. Enfin, « actif » dans les mêmes marges que nous venons de revoir. Voilà, ce que j’ai à te proposer. Tu t’arranges pour me donner des entrées sur les ordinateurs et je fais fructifier artificiellement le pot commun avec « martagal ». Je connais pas mal de ficelles de métier. Avec ton aide, je me fais fort de faire dévier quelques millions au passage sans éveiller beaucoup de soupçons. Éveiller les capitaux endormis uniquement bien entendu. Le seul objectif, faire fructifier l’argent que d’autres oublie de faire. Cela devrait se réaliser dans l’espace d’un mois car un rapport d’activités est envoyé aux intéressés en fin de période. Il y aura du déchet. Ce sont les risques calculés pour nous au plus juste et ce sera dommage pour quelques malchanceux qui auront accusé une perte involontaire. Si nous pouvions être prêt pour décembre, ce serait bien synchro. Le période ferait le plein. De plus pour ne pas perturber les opérations pendant cette période, les programmes sont gelés et aucun ne reçoit de modifications. Donc, pas question de corriger des erreurs sans l’approbation de grands pontes quand il en reste. Moins d’activité pendant la trêve des confiseurs pour les acteurs mais pas pour les transactions de fin d’année. Les entreprises de courtage pourraient même nous remercier pour avoir fait grimper leur chiffre d’affaire et les cours de certaines actions. 

Il avait le sourire aux lèvres en terminant sa phrase, le souffle un peu plus court qu’au départ de sa tirade.

Vic avait évidemment tout compris. La construction de cette pièce montée nécessitait une réorientation temporaire des efforts à consentir. Mais pas insurmontables. Les efforts bien encadrés de ces idées méritaient toute l’attention et valaient financièrement la chandelle. Et puis, on restait dans ses buts intimes.

Si tout se passait sans surprises, ce laps de temps calculé par Grégory paraissait tout à fait réalisable dans une échelle de temps pour spécialistes dont il se sentait faire partie à juste titre. Il était d’accord pour l’ensemble du plan et déjà, celui-ci prenait forme en écho entre cerveaux de génies.

Vic avait trouvé un successeur et cela le remplissait de joie et d’admiration. Un nouveau Grand Maître du virtuel, pensa-t-il.

Il n’en dira pas plus cependant pour ne pas trop excité un instant qui était déjà arrivé à un paroxysme dans des songes de grandeur exponentielle.

Une amitié solide semblait se dessiner.

La virtualité dans l’ombre solitaire n’aura pas le dernier mot. C’est la seule différence.

La puissance au carré semblait bien se poser sur ces deux piliers parfaitement stables, compétence et motivation.

C’était à Vic d’ajouter un peu de “sa couleur locale”.

12:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.