Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2008

Le Grand Maître virtuel (22)

Le Grand Maître virtuel_22.jpg(22): Le meilleur dans le meilleur des mondes.

« Dieu n’est pas compatible avec les machines, la médecine scientifique et le bonheur universel. », Aldous Uxley

Pour le dernier mois de l’année, la Bourse se faisait belle aux investisseurs. Ceux-ci avaient dû ronger leur frein avec les ponts de novembre. Décembre se devait de rattraper le retard en trois semaines qui précèdent la période de Noël.

Souvent les courtiers râlaient devant cette obligation du calendrier. Suivre le marché des actions avec le manque à gagner créé par les clôtures forcées des transactions riches en courtage, c’était pas trop leur truc.

Mais, la trêve de Noël était sacrée. On espérait donc faire du chiffre de manière condensée. On priait Saint Nicolas de faire sauter les dernières hésitations des boursicoteurs. Les journaux financiers étaient tâtés, scannés horizontalement et verticalement pour sortir des dernières affaires juteuses. Les clients allaient tenter le diable en espérant ne pas virer du rêve au cauchemar. Vendre ou acheter, peu importe, surtout pas d’absentéisme pour les beaux yeux de la Grande Dame.

Cette année-là, cela se présentait bien. De gros échanges arrivaient sans aucune interventions ni sollicitations. Pas de vent d’optimisme ou de pessimisme caractériels pourtant. Le volume enflait de jour en jour, très progressivement. Des clients, souvent très paisibles, se réveillaient. Cela rassure et on applaudit. Cela en devenait même troublant que les liquidités ressortent dans un monde qui se dit en pleine pénurie. Quand les liquidités sont là, tout va, on ne se pose pas trop de questions. On laisse faire le marché. Il a toujours raison.

Nous étions le matin du 20 et Martine Ravin, analyste boursière dans la plus grande banque du pays, consultait les statistiques pour rapprocher les résultats avec ceux de la même période de l’année précédente. Visiblement, les courbes accusaient une remontée spectaculaire.

- Vais-je vanter cette situation à l’autorité supérieure?, se questionna-t-elle mentalement.

Mais cette question ne fit pas long feu dans son esprit. Pourquoi faudrait-il se plaindre? Qui écouterait? Une perte de vitesse dans les ventes aurait les honneurs d’une réplique troublée, mais, pas l’inverse. Ce qui aurait dû l’inquiéter un peu plus, c’était certains nouveaux comptes, toujours les mêmes, qui servaient de base de retranchement et qui balançaient achats et ventes.

Les habitués jouaient gros et, peut-être, un nouveau riche avait décidé de s’amuser un peu dans ce grand casino, se disait-elle presque convaincue.

Les bordereaux, eux, s’amoncelaient sur le bureau.

En fin de journée, il fallait en faire la balance des débits et des crédits. “Exceptionnel” était le mot. Une prime pourrait même couronner les efforts et les heures supplémentaires de tous les acteurs.

Elle se félicitait secrètement que l’informatique lui fournirait le récapitulatif réconciliateur en fin de mois. La nuit, encore une fois, allait être longue. Ca commençait à faire l’habitude pour les derniers rescapés en piste dans cette période pendant laquelle les entreprises vivaient sur leurs réserves personnelles.

Le compte fictif qui nous intéresse avait enregistré des écritures de crédits dont le nombre et l’importance aurait-il pu paraître plus anormal aujourd’hui que hier? Pas vraiment. Des précédents sont là pour calmer les suspicions.

La liste s’allongeait mais tout paraissait normal sans l’oeil d’un spécialiste tourné plus précisément vers le profit brut. L’intuition féminine n’allait pas encore jusque là.

Le courtage avait encore été particulièrement important cette fin d’année. Point.

On comptabilise et on pense à autre chose. Au réveillon, tout proche, par exemple.

Encore une journée RAS ou plutôt ATC, “A Tout Casser”.

12:31 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.