Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2008

Le Grand Maître virtuel (28)

Le Grand Maître virtuel_28.jpg(28) Macabre découverte

« Ce qui est macabre dans la mort, ce n’est pas la séparation du corps et de l’esprit, c’est ce qui reste. Une sombre copie inerte, impuissante, exposée à la vue de tous les curieux. », Dielle Doran

Il ne fallut pas attendre bien longtemps le serrurier. Fournisseur des services de la police, celui-ci savait par expérience qu’il ne fallait pas trop traîner les choses avec un client très pressé comme la police. Il commença par s’affairer avec un trousseau de clé dont il disposait pour étalonner les serrures. Le travail n’allait certainement pas être de la petite bière en fonction du nombre de serrures visibles. Deux des trois serrures se révélèrent étrangement plus faciles à ouvrir. En fait, les tours n’avaient pas été engagés. Seul la troisième résistait. Les goupillons pénétraient dans le sol empêchant toute effraction. Après une demi heure de travail acharné pendant lesquelles le serrurier remerciait le ciel que nous étions en janvier et non pas en période de canicule.

Un déclic sonore se fit entendre et la porte s’ouvrit. Une lampe de poche à la main, ils s’avancèrent dans la pièce. Il subsistait une certaine ambiance de fête. Des victuailles de premier choix, non consommées, traînaient en évidence en pure perte dans un état de décomposition. La fête avait dû tourner court. On avait voulu rajeunir l’ensemble, mais les visiteurs avaient du mal à trouver la réponse à la question de qui pourrait aimer vivre dans un endroit pareil. La couleur terne des murs, les meubles plus que spartiates, trop sobres poussait à s’enfuir le plus vite possible.

De plus, une odeur âcre de sang séché mêlée d’une autre que seul l’inspecteur connaissait, prit à la gorge. L’inspecteur avait quelques « bonnes » heures de vol et cette odeur ne pouvait le tromper: la mort devait roder quelque part. Il ne parvint pas à arrêter la progression de la concierge dans la pièce. Celle-ci entra et ne put s’abstenir de lâcher un cri d’effroi.

A l’intérieur, ni la concierge, ni l’inspecteur n’eurent le temps de faire une inspection des lieux, seul le corps au milieu de la place attirait les regards plus ou moins affolés en fonction du découvreur. La tête du mort baignait dans une flaque de sang. Le cri de la concierge s’étouffa avec les mains sur le visage. Dans son cerveau, il devait se bousculer quelques résidus de films à suspense à la télé. La réalité, le pur et dur, c’était autre chose. Le policier en avait vu d’autres. La mort, il l’avait rencontré de multiples fois et ne l’émouvait plus.

Réputé pour son efficacité et perspicacité, il allait devoir le prouver. Un challenge de fin de manège, cette fois, avant la retraite. La séquence d’actions que l’expérience lui avait apprise, prit forme. Quelques coups de téléphone et tout se mit en branle.

Un médecin légiste arriva très vite sur les lieux et dévoila la date de la mort qui devait se situer en ce début d’année d’après la rigidité du corps. Peut-être bien pendant le réveillon, lui-même, si l’on en croyait les révélations de la concierge.

Dispute ayant entraîné la mort? Mort accidentelle? Il fallait très vite en fixer les contours. Une craie sur le sol délimita le corps. Quelques photos et le corps fut introduit dans une enveloppe en plastic avant de disparaître. Une pièce qui jonchait le sol pouvait bien avoir été le cheval de Troie qui avait entraîné la victime dans une chute mortelle. Mais, c’est ce que l’on voulait faire croire. Certains points paraissaient pourtant étranges. Un sentiment de maquillage de la scène prenait forme dans l’esprit du policier. Ce que lui avait dit la concierge confirmait ses soupçons. Une tierce personne devait être à l’origine de l’”accident”. Les révélations de la concierge étaient spontannée. Plus il analysait la situation, plus meutre devenait de plus en plus plausible. En plus, ce “visiteur” du réveillon n’avait pas demandé son reste et s’était débinné sans laisser d’adresse. La bosse que la victime avait à l’arrière de la nuque semblait avoir été provoquée par un objet contondant plutôt qu’être des suites d’une chute.

L’avenir allait confirmer de manière irrévocable que son idée de départ était consistante. Au fond du clavier de l’ordinateur démonté, des gouttes de sang séchées, traînaient alors que le clavier avait été nettoyé soigneusement en surface. Un mort ne fait jamais cela après son passage dans l’autre monde. En fonction de cette découverte, la victime n’était manifestement pas tombée telle qu’on l’avait retrouvé.

Le crime était la seule possibilité résultante. Il fallait creuser l’idée et vite. Le temps est l’ennemi dans ces cas-là. Plus vite, on se rapproche du coeur du problème, plus grand sera le gâteau à déguster au poste lors de sa remise de médaille pour les bons services. Le temps avait déjà trop avancé.

La concierge était son seul lien avec le drame. Avec son esprit plein de souvenir allait-elle pouvoir en donner un portrait robot assez ressemblant et précis pour le diffuser avec un chance de succès? L’assassin était certainement déjà loin. Il fallait probablement appelé Interpol.

Mais, qui était-il ce passager d’un soir?

Il n’était pas un habitué des lieux. A part, la concierge, aucun autre locataire n’avait eu l’occasion de croiser un visiteur du propriétaire des lieux. Personne ne connaissait vraiment la victime. La police scientifique fut invitée à récupérer le matériel et les ordinateurs. Il était probable que des informations stockées dans les mémoires des disques expliqueraient le meurtre ou ses raisons intimes.

Les progrès de l’affaire auraient pu prendre beaucoup de temps, mais des concours de circonstance allaient accélérer le processus d’enquête.

La société RobCy fut le second raccord à l’histoire après le signalement de la disparition. Cette fois, la police allait connaître le personnage victime de ce crime odieux en chair et en os avec les souvenirs des ses collègues. Une description assez précise physiquement était essentielle. Chacun le connaissait par son côté très peu communicatif chez lui.

Sa vie privée inconnue? Une visite à cette société RobCy?

Quant au drame, quels en étaient les prémices et les motifs? Cette partie restait une énigme.

L’affaire commençait bien et mal à la fois.

Le soir, au poste, le policier reprit l’inventaire des affaires en cours pour y ajouter un complément d’information. Les procès verbaux n’étaient pas très nombreux.

La chance fut pourtant de la partie. Dès le troisième document qu’il consulta, il fut attiré par des coïncidences. Par un fluide magique, celles-ci attirèrent son attention.

Le document relatait déjà une connivence avec un autre plus ancien.

Il s’agissait d’une compilation, d’une constatation des troubles à l’utilisation des ordinateurs, établi par la police des fraudes. C’était associé à une série de plaintes à la Bourse. Aucun lien de prime abords. Mais, qui sait? Il se concentra.

Les plaintes de la Bourse concernant des malversations de transactions par des auteurs fictifs. Le policier n’était pas un spécialiste dans les problèmes financiers autour de l’environnement boursier. Cela n’empêche que l’affaire semblait avoir des liens. Une simple odeur de déjà vu.

Et, si cela cachait le mobile à sa nouvelle affaire?, finit-il par penser.

L’argent serait-il comme toujours le fauteur de troubles dans les esprits de ses clients ?

Il se promit de prendre contact avec les inspecteurs qui se trouvaient en signature au bas des procès verbaux.

Si jamais, il se trouvait sur la bonne piste… Il eut des difficultés à trouver le sommeil.

Le grand classique : un meurtre au parfum d’oseille?

La routine, quoi…

 

12:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Je vous félicite pour votre éditorial. c'est un vrai charge d'écriture. Développez

Écrit par : serrurier paris 8 | 21/07/2014

Je vous approuve pour votre paragraphe. c'est un vrai charge d'écriture. Continuez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.