Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2008

Le Grand Maître virtuel (30)

Le Grand Maître virtuel_31.jpg(30) L’étau, cet outil de malheur, se resserre.

« Ne ronge pas ton frein, ce que tu as sur le coeur, dis-le. Tu verras qu’un secret étalé au soleil rétrécit à vue d’oeil. » Yves Thériault

Le brigadier de quartier attendait déjà devant les marches de RobCy quand l’inspecteur de la Crime arriva.

Celui-ci avait la ferme intention de s’intéresser d’un peu plus près au personnage de Victor Vanderbist.

Les fichiers étaient complètement muets sur ses états de services. Rien n’aurait pu le destiner à une mort aussi violente.

Était-ce un règlement de compte entre complices ?

Drôle de jour, celui du réveillon, puisque cela devenait de plus en plus clair que le drame s’était déroulé à ce moment, pour finir une carrière qui semblait très prometteuse. Cela ne cadrait pas.

Ils s’engagèrent sans palabres inutiles dans les locaux de la société où une hôtesse les firent patenter très peu de temps.

Le public relation était très affable. Beau parleur. Très vite pour ne faire perdre aucune minutes aux deux partis, il s’empressa de faire une description complète de l’employé modèle qu’était Vic à ses yeux.

La surprise de l’employé était totale quand le drame lui fut révélé. On ne lui connaissait aucun ennemi à Vic. Certaines personnes du genre féminin dans la société auraient probablement la larme à l’œil quand la nouvelle serait propagée.

De sa vie intime, on ne connaissait rien. Son emploi du temps en dehors, on n’en avait que des bribes distillées avec parcimonie. Peut-être aussi fausses. C’est-à-dire, rien de tangible. Certains commentaires de sa part pour éclaircir cette énigme avaient bien semblé en dé-synchronisme avec les réalités du moment. Personne n’aurait aimé le contrer trop fort sur ce plan. Vic était uniformément reconnu comme une tête en informatique et en intelligence artificielle. Pour le reste?

D’après ce que l’inspecteur avait découvert dans son appartement, cela confirmait.

Professionnellement, c’était un gars bien sous tous les rapports, productif, avec esprit d’équipe. Il avait même accepté de faire des heures supplémentaires récemment. Les administrateurs aimaient sa force de travail et son efficacité.

Rien à redire de ce côté. Employé modèle, zélé en plus, qui ne comptabilisait pas les heures supplémentaires.

Pourtant, ce qu’il y avait entre ces idées sans failles, il devait bien y avoir des points qui justifiaient cette mise à la retraite prématurée hors du commun.

L’inspecteur sentait que l’entretien perdait de son sel et que personne n’apporterait rien de plus à son enquête.

Le brigadier avait parfaitement rempli sa tâche dans son rapport.

Rien à dire de plus. Rien de plus à en tirer et ils décidèrent de quitter les lieux.

Les salutations d’usage après le rappel qu’il fallait prévenir si tout élément nouveau survenait, les serrements de main et retour chez soi.

En sortant, l’inspecteur s’apprêtait à une enquête longue et pleine de caches murailles.

En descendant les marches de la société, le portable résonna de sa petite voix nasillarde pré-enregistrée embourbée par le bruit du trafic.

- Oui, inspecteur. Vous avez donc des nouvelles au sujet de l’ensemble des recherches concernant la malversation boursière. 

Nous avons remonté la filière des achats et des ventes d’actions. Toutes les transactions se retrouvaient en définitive sur trois comptes. Les sommes étaient devenues très importantes. Alors nous nous sommes intéressés à ce qui s’est passé ensuite avec ces comptes. Là, cela n’a pas été triste du tout. Les comptes étaient tous trois au nom de Grevorcy, ou quelque chose comme cela. A peu près, au même moment, ils ont été tous vidés en même temps le 31 décembre de presque la totalité des fonds. La signature des retraits était parfaitement illisible. Un seul virement final sortait du pays. Comme vous pouvez le comprendre nous nous sommes intéressé auquel. Je vous le donne en mille. Il s’agit de Malte. Comme nos relations avec eux sont encore assez nouvelles depuis leur adhésion à la Communauté Européenne, j’ai lancé un télex dans mon plus anglais pour trouver les bons interlocuteurs. Je n’ai pas encore de retour. Ils vont certainement collaborer trop contents de faire acte de présence en Europe. Mais à quelle vitesse ? J’ai aussi téléphoné à la Commission à Bruxelles. J’ai eu une liste de nouveaux contacts là-bas. Si cela traîne, je relancerai la vapeur tout azimut. 

Il avait fini sa tirade d’une traite comme s’il était essoufflé après la montée des 5 étages d’un immeuble sans ascenseur.

- Je vois. Donc, nous cernons de très près notre bonhomme. On ne connaît pas son nom, mais il a des manies très, disons, conservatrices et solidaires entres elles », fit-il en souriant fier de lui et de son commentaire.

- Je vous remercie de suivre l’affaire et de continuer à me prévenir. Je suis chargé de l’enquête. 

Après avoir replié son portable, il commença à réfléchir. La clé du problème devait probablement se situer à Malte. Inconnue de l’inspecteur jusqu’au nom. Depuis peu, il en avait appris les premières bribes. Il s’agissait d’une île, mais pour la localiser en Méditerranée et donner des détails, il valait mieux parler d’autre chose.

Il fallait qu’il prenne un peu plus connaissance de cette île par l’intermédiaire d’Internet. Une telle ignorance ne s’ébruite pas trop. Ensuite, il y a Interpol à lancer dans la bataille. Cette dernière couche, police des polices nationales était parvenue à harmoniser les flux d’information inter états. Cette affaire crimino-financière place décidément beaucoup de monde au travail.

Avant cela, il fallait encore l’intervention possible des candidats aux voyages vers cette île entre le réveillon et les jours qui ont suivi. Les hommes seuls, en partance vers cette île, pourraient donner une bonne piste.

Avec une liste de ces solitaires, remonter à leur fournisseur de ticket pourrait rétrécir le champ d’investigation. Normalement, le ticket qui devrait attirer l’attention serait celui qui aurait été délivré avec un autre, non utilisé, lui.

Si en plus l’un des tickets pouvait porter un nom connu par les services, là, ce serait du gâteau.

Au bureau, il chargea son collègue pour ce qui concerne les recherches dans cette direction.

Interpol devait être averti et il s’en chargea sans attendre.

Les efforts de recherche entrepris dès les premiers jours ont toujours les meilleurs rendements de réussite.

Après la partie adverse s’est organisée et s’est agrippée avec trop de prises.

La pèche est affaire de rapidité dans des gestes et décisions précis et sans tergiversation.

Il avait trop d’expérience pour l’ignorer. Il consulta Internet tout le reste de la journée.

 

12:21 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.